• Roland Gagey

    Bien peu d’auteurs furent poursuivis et harcelés comme ce pauvre Roland Gagey ! Figure de la littérature anti-cléricale, il est pendant une vingtaine d’année auto-éditeur au 4, rue Rollin à Paris des ouvrages qu’il co-écrit avec son frère Charles.

    Ses premiers ouvrages paraissent dans les années 1930 parfois sous le pseudonyme de Charles-Louis Vignon. Son anticléricalisme est chèrement payé pendant des années à coups d’interdictions, de saisies, et d’amendes par les tribunaux.

    Après-guerre, celui qui se fait appeler « Professeur Gagey » – était-il médecin ? – se tourne vers la vulgarisation de la sexualité et prône librement la contraception. Impossible à l’époque de parler clairement de ces sujets délicats, alors on compare, on présente le livre avec des statues d’art antique, on suppose, on globalise… Malgré cela les interdictions pleuvent.

    Impossible aussi de trouver un éditeur afin de couvrir l’hexagone, alors ses ventes se faisaient le long des quais de Seine, au fond des échoppes ou chez les bouquinistes de province. Seuls les frères PIC sortirent quelques textes sous de belles couvertures de Jihel. Les tribunaux français ou belges, fidèles à une vieille tradition, relaxaient couramment de poursuites pour outrage à la religion mais restaient très fermes sur l’outrage aux mœurs.

    Ainsi peut-on lire le 22 octobre 1949 dans la décision de la Commission de censure contre l »ouvrage L’initiation sexuelle moderne :

    Considérant
    que le livre prétend vouloir traiter de l’harmonie sexuelle dans le mariage.
    Que le but qu’il invoque n’est qu’un prétexte à la description, sous le signe
    de l’érotisme le plus évident, des phases de l’initiation sexuelle. Que la
    précision apportée à cette narration et la complaisance avec laquelle l’auteur
    en conduit le développement offensent les bonnes mœurs sans pouvoir se
    prévaloir d’un mérite littéraire caractérisé. Emet l’avis qu’il y a lieu à poursuites. « 

    Que répondre à la Bêtise ?

    Avec les années 60, ses livres continent de sortir sous le manteau, sans jamais connaître un succès public. Vu le nombre d’ouvrages sortis et réimprimés, gageons que Gagey en a vendu des caisses …

    Curiosité : l’ouvrage L’Amour à l’Italienne écrit par Masuccio et paru aux éditions Gagey en 1967 eût couverture un dessin d’Aslan, certainement utilisé sans l’autorisation de l’auteur.