• Editions Athéna

    La maison Athéna se spécialise en 1946 dans des tirages d’ouvrages de luxe à tirage restreint (en général 1500 exemplaires sur papier Rives ou papier Marais) distribués dans les librairies de qualité.

    Basée au 78, boulevard Saint-Michel à Paris 6°, elle emploie de nombreux illustrateurs pour ses collections de prestige : Raoul Auger, Edou Martin, André Hofer, Joseph Hémard, André Michel ou Jacques Camus participent aux dessins, mais un illustrateur sort du lot : Paul Derambure.

     Paul Derambure chez Athéna

    Peu de choses ont filtré sur la vie de Derambure. Il serait né en 1903 à Douai, et aurait fait partie de l’Atelier 63 situé au 10 rue des Pyramides à Paris. Avec ses collègues Robert Gigi, Raymond Poivet et Christian Gaty, ils dessinent dans une soupente sous les toits (appelé aussi Studio Trèfle, une feuille pour chacun histoire de leur porter chance).
    On retrouve ses dessins dans le journal La France au combat après-guerre, puis chez Dumas.

    Quelques couvertures chez Dumas

    L’ambiance est bon enfant, de nombreux illustrateurs de bande dessinée viendront faire leurs premières armes dans ce petit nid, comme Pierre Leguen ou Guy Mouminoux (Dimitri).

    Paul Derambure dessine aussi pour les éditions MDI réservée au jeune lectorat au début des années 60, puis disparait… Dommage, il aurait pu devenir un grand dessinateur de littérature populaire.
    Toute information complémentaire acceptée avec plaisir.

    Merci à la famille de Paul Derambure qui m’a contacté via le blog de bien vouloir m’écrire à cette adresse : oncle-archibald@orange.fr

  • Editions Dumas

    Jean Dumas était un imprimeur de Saint-Etienne. Il semble qu’il ait eu des bureaux à Paris (au 56 rue Vaneau) lui permettant à partir de la capitale de recruter des auteurs et publier leurs ouvrages.

    A partir de 1944, il propose différentes collections, illustrées par Roger Brard, Paul Derambure, Robert Gaulier ou Favergeat. Outre la collection Pervenche qui sera revendue à Tallandier, les éditions Dumas publient aussi la revue Louveteau pour les jeunes scouts.

    Parait d’abord une collection dite Jeunes de France qui relate des aventures de scoutisme avec des titres « pour les garçons » et « pour les filles » :

    Une trentaine de titres parus (il en manque ici) :

    Un garçon dans la tourmente par Louis Simon (1944)
    Meneur de jeu par René Duvillars
    Robert-Louis Stevenson, Le Secret de l’épave (1945)
    Patrouille fantôme par Dasch
    La poupée hindoue par Marcelle Davet
    Les captifs d’El Riath par Dasch
    L’Etrange aventure de Carnoets par Dachs
    La princesse captive par E. Tarit
    Roselyne fille de princes par Marcelle Davet
    La patrouille a peur des légendes par Dasch
    La combe aux loutres par Boris Simon
    Les piroguiers de l’étang noir par J.J. Danpierre
    La maison sous les étoiles par R.J. de Kerlecq
    Traon-ar-Rhun par Dachs
    Gibier à poil de Michel Paolini
    La croisière de l’Arcturus par Marc Burgard
    Une petite fille rêvait par Marcelle Davet
    Le trésor du labyrinthe par Camille Bell
    La guerre aux visages pâles par J.J. Danpierre
    Le secret de l’or noir par Robert Gaillard
    Tu seras Reine par Marcelle Davet
    Les survivants de la ville morte par Dasch (1947)
    L’énigme des falaises par G. Poulain
    La roulotte ensoleillée par R.J. de Kerlecq

    On s’essaye aussitôt dans une série policière, sans grand succès, la collection Détective qui devient très vite La Main noire :

    Tony Tizeau : Le crime de la rue de Lappe (1945)
    Claude Mariat : Meurtres à la Chambre (1946)
    Jean-Armand Beaux : Le septième juré (1946)
    Maurice Roux : L’assassin est dans la mine
    Maurice Roux : La Gazelle Rouge (1951)

    Puis vient la collection Visages de l’aventure où on retrouve le prolifique Robert Gaillard :

    Le maître du Papagaïo par S. Chabrol du Bousquet 1946
    Le gibet de Charleston par Marcel Hervieu
    La nuit péruvienne par Robert Gaillard
    L’Or et l’opium par Edouard de Keyser
    Le vent des solitudes par O.W. Shepard
    Louisiane par Robert Gaillard 1947
    Le grand mirage par Robert Gaillard 1949
    Equateur par Francis Didelot 1950

    Enfin, quelques autres titres sans vraiment de fil conducteur autre que de belles couvrantes avec en vrac et dans le désordre Rocambole, Robert Gaillard, les lyonnais Joseph Jolinon et Frédéric Dard !

    Pas très faciles à trouver au vu des faibles tirages de l’époque.