• Nick Carter

    La première apparition de ce détective privé New Yorkais n’est pas récente, elle date en effet de 1886. Créé par romancier John R. Coryell, le personnage de Nick Carter devient le héros de plusieurs périodiques comme Nick Carter Library (1891), Nick Carter Weekly (1892) ou Nick Carter Stories (1912).
    Ces petites revues appelées dime novels (revues à « un sou ») sont strictement organisées et réglementées. Chaque histoire doit respecter une structure narrative précises et répétitives avec le retour des situations, des décors et des personnages. Les éditeurs demandent des récits comprenant 40 000 mots, les auteurs étant payés « one cent » le mot.

    Abandonné par Coryell puis récupéré par Frederic van Rensselaer Dey, Nick Carter va poursuivre ses histoires … pendant 17 ans !

    Entre 1907 et 1914, l’éditeur allemand Eichler importe en France ces
    histoires sous forme de fascicules à 32 pages vendus dix centimes pièce. Le
    succès est considérable auprès du jeune lectorat.

    En 1908 la Société Française des Films Éclair
    engage Victorin-Hippolyte Jasset pour créer un
    feuilleton basé sur les histoires de Nick Carter.
    « Nick Carter, le roi des détectives » avec Pierre Bressol dans le rôle titre, est produit en six
    épisodes fin 1908 et obtient aussi un grand succès. Suivront d’autres films en 1909
    et 1912. La première guerre mondiale mettra fin à ce type de publications.

    Des reprises se feront dans les années cinquante, et il y aura même deux adaptations au cinéma avec Eddie Constantine dans le rôle du détective en 1960 et 1964.

    Source : Les paralittératures par Alain-Michel Boyer.