• Les Espionnage de Michel Gourdon

    Parution d’un livre de référence : Les Espionnage de Michel Gourdon par Patrick Bernard
    Association des Amis de Michel Gourdon, 2015.

    Enfin un livre intéressant sur l’ensemble de la collection « Espionnage  » du Fleuve Noir !

    Superbe ouvrage de 260 pages qui comprend plus de 680 illustrations couleur avec beaucoup, beaucoup, beaucoup d’originaux … Un must pour les amoureux de littérature populaire et ceux qui ont aimé le Fleuve Noir.

     

    A commander d’urgence, les 300 exemplaires devraient partir comme des petits pains…
    Pour commander, voir ici.

     

  • Collection Polar 50

    La collection « Polar 50 » a été initiée en 1988 par Jean-Marie Carpentier qui s’occupait des droits cinématographiques aux édition du Fleuve Noir. Son idée était de relancer la mythique collection Spécial-Police en jouant sur la nostalgie des lecteurs.

    Michel Gourdon s’y colle en redessinant une partie des couvertures avec son style inimitable. Il est fort probable que certains dessins originaux soient ressortis des cartons. Mais la collection est un échec et s’arrête après 36 numéros.

    Il faut avouer que le lecteur eût peut être un peu de mal à trouver dans cette resucée l’esprit de la grande époque de la maison d’édition. Non seulement les auteurs, mis à part quelques pointures comme André Héléna ou G.-J. Arnaud, sont peu connus, mais les couvertures d’origines, parfois celles de San-Antonio, se retrouvent agrémentées d’un autre titre et d’un autre auteur … On retrouve même dans cette soupe un titre de la collection Angoisse ! Troublant.
    Heureusement, il nous reste le talent de Michel Gourdon …
    Titres et références des premières de couvertures parues auparavant :
    1 Un condé – Pierre VIAL-LESOU (Coll. Spécial -Police n°841) 1988
    2 Ce sang qui est le sien – J-M VALENTE (SP n°642)
    3 Les malfaisants – Fred NORO (SP n°639) 
    4 Retour de fièvre – G-J ARNAUD (SP n°776)
    5 Tony Sauvage – M-G BRAUN (SP n°189)
    6 Lamento – Jean-Pierre FERRIERE (SP n°411)
    7 Le froid de la mort – André LAY (SP n°602)
    8 Par mesure de silence – André HELENA (SP n°471)
    9 Dialogue aux enfers – Claude RANK  (SP n°182)
    10 L’aiguille dans le foin – Adam SAINT MOORE  (SP n°595)
    11 Les vieux loups bénissent la mort – Victor HARTER (SP
    n°725)
    12 Raz de marée – Peter RANDA (SP n°260)
    13 Cendre et fumée – Jean STUART (SP n°611)
    14 Guillotine pour demain – Benoît BECKER (SP n°106)
    15 Le braco du Vaccarès – Claude JOSTE (SP n°711) 1989
    16 Un mort gratuit – Maurice DERBLAY  (SP n°498)
    17 Journal d’un tueur – Roger VILARD (SP n°691)
    18 Les yeux sans visage -Jean REDON (Coll. Angoisse n°56)
    19 De la poudre et des balles – Richard CARON (SP n°626)
    20 Ballet de corps – Brice PELMAN (SP n°712)
    21 Rengainez, c’est une erreur – Pierre NEMOURS (SP n°656)
    22 Nocturne pour un cadavre – Pierre VIAL LESOU (SP n°284)
    23 La bouche d’égout – André CAROFF (SP n°340)
    24 Afin que tu vives – G-J ARNAUD (SP n°313)
    25 Meurtre en deux temps – P-J MARCEL (SP n°805)
    26 L’enfer est au sous-sol – M-G BRAUN (SP n°54)
    27 A pleines dents – Alain PAGE (SP n°524) 1990
    28 Double exemplaire – G.MORRIS-DUMOULIN (SP n°368)
    29 La route aux loups – Mario ROPP (SP n°166)
    30 Cette mort qui nous guette – André LAY (SP n°514)
    31 La damnée du ciel – Susan VIALAD (SP n°292)
    32 A condition d’en sortir – Fred NORO (SP n°564)
    33 A moi de jouer ce matin – Peter
    RANDA (SP n°576)
    34 Balade pour un tordu – Pierre LATOUR (SP n°694)
    35 Constance aux enfers – Jean-Pierre FERRIERE (SP n°383)
    36 Caveau de famine – James CARTER (SP n°581)
  • Quand le Punk rejoint le Polar !

    Curiosité dégotée récemment sur un marché, cet album a été édité par Sideline Records en 1999 et tiré à seulement 800 exemplaires numérotés.

    Outre le fait qu’on trouve des titres de vieux groupes kepons lyonnais, ainsi qu’un petit article de Dimi Déro, alors critique de Rock & Folk, la surprise vient en face A d’un beau dessin de Michel Gourdon (avec l’autorisation du Fleuve Noir, quand même …), et en face B d’un dessin venant d’un dos de l’Arabesque signé Jef de Wulf ! ! Merci à l’auteur, un certain Jeff Valéro, cet homme avait du goût !

    La signature est D.C. Wulf, ce qui semble voir dire « Da Capo », soit un retour au début … début de quoi ?? Est-ce une fine allusion au groupe punk Ruts DC ?

    Vraie curiosité, car pas si courant de trouver deux illustrateurs de romans populaires des années soixante en couverture d’une pochette de 33t …

  • Bibliothèque Romanesque

    Suite à la vente aux enchères à Drouot d’une infime partie de ses dessins originaux, voici mon modeste hommage à Michel Gourdon. Tout en étant un des dessinateurs attitrés du Fleuve Noir à partir de 1949, il continue cependant à dessiner pour les éditions Ferenczi (9, rue Antoine Chantin, Paris 14°).

    Exemples de publicités distribuées aux libraires

    La Bibliothèque Romanesque est une série basée sur les écrits de Marcel Priollet (1884-1960), auteur plus que prolifique (aidé de son frère Julien parfois) qui aborde durant sa carrière de nombreux aspects de la littérature populaire (policier, aventure, romans sentimentaux etc …). Il reste à ce jour peu étudié et on ne sait pas grand chose de sa vie.
    Ne soyez pas surpris par son double – Henry de Trémières – qui est un pseudonyme (certains y voient sont frangin), ni par la numérotation (la série n’a pas été éditée dans l’ordre de parution originel des histoires avant-guerre).

     0 Marcel Priollet  Vendue au printemps de sa vie (1957)
    1. Vendue au printemps de sa vie

    2. Mourir d’amour
    3. Femmes déchainées
    4. Pitié pour l’enfant !
    5. L’homme aux souvenirs morts
    6. La tueuse de bonheur
     
    1 Marcel Priollet : « Trompée…
    au seuil de la chambre nuptiale » (1951)

    1. Trompée… au seuil de la chambre nuptiale
    2. Le pauvre fou d’amour
    3. Pour sauver l’infidèle
    4. La bataille des coeur
    5. Deux hommes… un de trop !
    6. Une nouvelle nuit de noces
     
    2 Marcel Priollet :
    « Remariée…
    quand revint l’époux qu’on croyait mort » (1952)
    1. Sans amour
    2. Pas à vendre !…
    3. Alerte aux coeurs
    4. Lui !…
    5. Lèvres closes
    6. Le baiser suprême

     
    4 Marcel Priollet : « Les amours
    d’une femme mariée » (1953)
    1. Les amours d’une femme mariée
    2. La riposte de l’homme trompé
    3. La mort un soir de bal
    4. Guerre d’amoureuses
    5. Le mystère de la cabine 5
    6. Sacrifice nuptial

          5 Marcel Priollet : « Pour
    une heure d’abandon » (1955)
     
    1. Pour une heure d’abandon
    2. Prends garde à l’amour
    3. L’inconnu des ténèbres
    4. Veuve d’un vivant
    5. Les naufragés du coeur
    6. L’heure du miracle

    6 Henry de Trémières :
    « Sans alliance et sans fleur d’oranger » (1955)

    1. Sans alliance et sans fleur d’oranger
    2. L’amour et son masque
    3. Le peintre du démon
    4. La chevauchée du rêve
    5. Soeurs de haine
    6. L’indomptable

    7 Marcel Priollet :
    « L’enfant de la mariée » (1956)

    1. L’enfant de la mariée
    2. La tentatrice
    3. Princesse traquée
    4. Tu m’as pris mon amant !
    5. Les damnés contre les anges
    6. Duo d’amour et de mort
    8 Marcel Priollet :
    « Amoureuse et princesse » (1956)

    1. Amoureuse et princesse
    2. Crime contre l’amour
    3. La puissance du désir
    4. L’apparition de minuit
    5. Paris… ville d’amour et de mystère
    6. Alerte… à l’heure nuptiale

     

    9 Marcel Priollet : « La mariée
    des ténèbres » (1957-58)

    1. La mariée des ténèbres
    2. Pour être comtesse
    3. Le secret d’un enlèvement
    4. Aux mains du sorcier
    5. Sous un baiser
    6. La lutte pour l’amour

    10 Marcel Priollet : Jeune
    fille avec enfant (1958)
     
    1. Jeune fille avec enfant
    2. Les droits du mari

    3. Le mariage de minuit

    4. Dompteuse d’hommes 
    5. Les ombres aux lèvres jointes 
    6. Le secret de pousse -cou
    En aparté, choses vues lors de la vente aux enchères de Drouot : un « expert » qui parle du début de carrière de Michel Gourdon en … 1954 (!), une salle qui ne peut accueillir plus de 150 personnes, un personnel peu aimable, un commissaire priseur qui « frappe » avec son marteau puis qui revient sur l’enchère deux minutes après (l’adjudication n’est-elle alors pas annulée ?), une incrémentation « à la tête du client  » (une fois + cinquante euros, une fois + cent euros), le même commissaire qui dit à tout bout de champ « Quelle aventure ! »… il est vrai que mettre en vente un illustrateur populaire le change un peu de sa routine habituelle… et pas un centime n’est allé dans la poche de la famille …Quelle honte !

  • Michel Gourdon

    Michel Gourdon (20/11/1925 – 15/03/2011) s’est éteint il y a quelques jours, nous laissant orphelin de dessins superbes qui lui survivront longtemps …

    Je retiens l’image d’un petit homme par la taille avec un regard malicieux, une sérieuse aptitude pour apprécier la bonne chère, et des mains tâchées, usées, dures comme celles d’un sculpteur, des mains qui ont dessinées des milliers de somptueux dessins pour le Fleuve Noir et ses nombreuses collections.
    Afin de lui rendre un modeste hommage, voici la présentation de premières de couvertures parues aux Pays-bas, et qui reprennent la collection Espionnage du Fleuve Noir. Vous noterez que les rééditions ne sont pas toutes identiques, les noms de certains auteurs et de leurs textes n’étant plus proposés avec les dessins originaux … Seuls une cinquantaine de titres sont parus.

    Une curiosité, en attendant un blog sur le travail remarquable de ce prolifique dessinateur…


    L’un des premiers ouvrages illustrés par Michel Gourdon en 1949 chez Ferenczi.

    Pour voir d’autres dessins parus chez de petits éditeurs d’après guerre, c’est ici.

  • Editions Le Carrousel

    Maison d’édition créé en 1949 par Armand de Caro et Jean Birgé alors responsables du Fleuve Noir, d’ailleurs les deux maisons d’édition ont sur certains ouvrages la même adresse. Elle fût vendue à Eugène Maréchal dès 1951 (semble-t-il) pour disparaitre de la circulation vers 1954. Je n’ai référencé que 10 titres dans cette maison d’édition, en existe-t-il d’autres ?

    Les quelques ouvrages publiés sortent de l’ordinaire grâce à leur superbes jaquettes et couvertures signées René Brantonne (qui s’occupera de la Collection Anticipation) ou Michel Gourdon (qui s’occupera lui des collections Angoisse, Spécial Police, Johny Sopper et Espionnage).

    Le livre ci-dessus a comme auteur Niven Busch (1903-1991), écrivain américain qui s’illustra beaucoup dans le cinéma en créant des scénarios, le plus célèbre étant celui du film « Le facteur sonne toujours deux fois » en 1946.

    Il fût traduit par Gilles Dantin et José-André Lacour (1919-2005), ce dernier étant plus connu sous les pseudonymes de Connie O’Hara, Johny Sopper ou Benoit Becker (collection Angoisse au Fleuve Noir – avec Jean-Claude Carrière).

    Eugène Maréchal, romancier, éditeur belge était l’agent littéraire de José-André Lacour. Quand à Odette Ferry, elle eut un grand succès dès 1954 avec « Vacances romaines » et continua de publier jusqu’en 1979 (certaines personnes pensent que c’est Frédéric Dard sous pseudo, je rigole … !).

    Couverture tirée du film « The Big Carnival », 1951
    on reconnait Kirk Douglas et Jan Sterling

    Notez enfin que bizarrement le Fleuve Noir ré-utilisera ce nom de Carrousel pour une série d’ouvrages parus dans les années 80.

    Livres se faisant de plus en plus rares avec les années.
    Indice 6/10.

  • CPE – Collection Agent spécial

    Publiée par la C.P.E. (Compagnie Parisienne d’Edition), cette courte collection dite « Agent spécial » se résume à des histoires de contre-espionnage, pratique courante dans le roman populaire d’après guerre.
    Je rajoute une autre série dite « Sélections fantastiques », seulement deux titres parus en 1952-53 (et qui rappellent furieusement le rayon fantastique de Gallimard).


    Couvertures magnifiques de Michel Gourdon qui signe les toutes premières avant de laisser la place mais à qui ? Mystère ! Une chose est sûre, c’est Jihel (Jacques Leclerc) qui fera la dernière avant de travailler pour la grande série érotique déjà présentée ici.

    Les auteurs sont des classiques de ce type de romans, Jacques Auburtin en tête ou encore Ronald Posham (René Poscia) et Steve Ferney qui donna à ses histoires des tournures frôlant le fantastique et l’anticipation.

    Pas très facile à trouver de nos jours au vu des faibles tirages, indice 6/10.

  • Michel Gourdon

    Nous avons déjà vu dans ce blog de nombreux travaux de Michel Gourdon, pour le Fleuve Noir ou la collection Rex (Editions Ventillard), mais sachez qu’il n’a pas travaillé que pour ces maisons …


    En exemple ici :

    – La Compagnie Parisienne d’Editions (C.P.E.) pour la collection « Histoires d’un autre monde » en 1954.

    – La Compagnie Parisienne d’Editions (C.P.E.) pour la collection d’espionnage « Agent Spécial – Contre Espionnage » en 1951-1952 ;

    – La toute première illustration de la collection Arabesque Espionnage en 1950 (voir le blog).

    – Deux superbes couvertures pour les Editions Le Carrousel en 1950 (Niven Busch traduit par José-André Lacour) et en 1953 (Odette Ferry) ;

    – Le magazine  » Tout savoir « , un précurseur de l’encyclopédie  » Tout l’Univers  » (Editions Lacroix Frères – une vingtaine de dessins entre 1954 et 1958).

    … et plein d’autres ! 

    … et même affiche de cinéma (La vache et le prisonnier d’Henri Verneuil en 1959)

    Ces petits travaux sont à prendre en compte en plus des quelques 3500 couvertures réalisées pour le Fleuve Noir …

     Michel Gourdon vers ses trente ans (droits réservés)
  • CPE – Collection La Mante

    Les éditions C.P.E. (Compagnie Parisienne d’Edition) sous la direction des frères Pic publièrent dès 1949 une collection à dominante « sexy » : La Mante.

    Agrémentée de couvertures aguichantes par leur couleur (pas courantes pour l’époque ou on demandait plutôt de la discrétion pour ce genre d’ouvrages) et par les pin-up superbement représentées dessus, cette collection compte une vingtaine de titres.


     

     » De jolies filles, des gars décidés, des coups de feu, du poison, des morts violentes,
    une atmosphère qui vous prend, qui ne vous lâche plus. « 

    L’auteur principal de cette collection est François Richard, qui outre ses talents d’écrivains sera dans les années soixante correcteur au Fleuve Noir. L’un des livres de Frédéric Dard (Le pain des fossoyeurs- 1957) est d’ailleurs orné de l’ exergue suivant : « A François Richard, pour le remercier des corrections qu’il m’a administrées ». On y retrouve aussi René Poscia sous pseudonyme. Les illustrations sont d’André Gosselin (mais c’est pas sûr !), de Cassaro, de Coldman et de Michel Gourdon à ses débuts.

    Indice pour la collection complète : 7/10.

    Sans avoir l’air d’y toucher -William Moore (1949)
    On ne m’a pas comme çà – William Moore
    Une nuit de folies – Frank de Thau
    Rien ne sert de courir – Harry Tanners
    Tirez le rideau – William Moore (1950)
    De quoi devenir jobard – Frank de Thau
    Plutôt deux fois qu’une – Harry Tanners
    L’amour s’amuse – Frank Dickson
    Les points sur les « i » – William Moore
    Comme sur des roulettes – William Moore
    Fais gaffe poupée ! – Rupert Staircase
    Pas la peine d insister – James O’ Connelly
    L’ingénue amoureuse – Ronald Posham (1951)
    Changez le disque ! – Rupert Staircase
    Les dés sont jetés – Jérôme Kennedy
    Abattez votre jeu ! – Patrick Mac Evoy
    Hello Blondie ! – Frank Williams
    La java des blondes – Ronald Posham (1952)
    Le linge sale – Maurice Perisset
    Faut-il vous l’expliquer ? – James O’Connelly

  • Fleuve Noir – Johny Sopper


    Editions Fleuve Noir, une série atypique écrite entièrement par José-André Lacour (1919-2005), écrivain prolifique ayant publié sous les pseudonymes de Benoit Becker ou Connie O’Hara (voir précédemment) et Eugène Maréchal (1908-1994), éditeur,soldeur et rewriter .

    Couvertures illustrées par Michel Gourdon, format étrange pour des livres de poche, et que de souvenirs pour un jeune adolescent que ces batailles entre apaches et cow-boys … Curiosité, aucun nom d’auteur n’apparait avant le numéro 21 …

    Indice pour la collection complète : 5/10.