• Petites maisons : B comme …

    Begh et Henrys

    Pas beaucoup d’infos sur ces éditeurs qui semblent s’être rencontrés après-guerre.
    Les éditions Begh basées au 10 rue du Faubourg Montmartre (Paris 10°) publient une petite série policière en 1947, doublée d’ouvrages divers jusqu’en 1949.

     

    A vous Mr Chips ! (To you, Mr Chips !) par James Hilton 1947
    Changement à vue (Transformation scene) par Claude Houghton
    (2 couv. différentes)
    Les larmes du diable (Devil’s tears) par Edgar Hale
    Les liens du sang (Thicker than water) par Véra Caspary

     

     

    Histoire oubliée par Winston Graham 1946
    Madame Russell par Joan Morgan 1947
    Croissance d’un homme par Mazo de la roche
    Les mains de Veronica par Fannie Hurst
    Le ver est dans le fruit par Pierre Varennes 1949
    Les femmes que j’ai aimées par Casanova

    L’éditeur Henrys de Casablanca (Maroc) sort quand à lui un fascicule dans la série le Roman policier Français en 1947 :

    Le 7ème traitre est mort aussi de Marcel Picard et Jacques Hebey

    Est-ce lui qui publie aux éditions Begh et Henrys deux ouvrages avec couvertures de Jef de Wulf en 1949 ? Ou est-ce aussi des rejaquettages dus à quelque margoulins parisiens ?

    La question reste posée…

    Enfin en 1949 parait un drôle de petit fascicule  d’une collection « Les romans à succès condensés », tellement condensés que je ne connais que celui-ci !
    Le numéro 16 de la série 3 indiqué en première de couverture ressemble à une fausse indication.

    Possession de Mazo de la Roche, mars 1949

    Toute information complémentaire est bienvenue.

    ______________________
    Editions de la Belle Fontaine
    Sans mention d’adresse, les éditions de la Belle Fontaine ont-elles un rapport avec la Société des Editions de la Belle Fontaine présentée ici ?
    Seule certitude, c’est Erik J. Certon, auteur bien connu des éditions populaires (de son vrai nom Frédéric Certoncini 1888-1969) qui écrit les petits romans policiers sous le titre générique des « Aventures  de Gordon Glengarry Détective » en 1946.
    L’énigme de Fall-River
    L’assassin est dans la calle
    Le tueur du moulin de Touvent
    La piste du sable rouge
    ______________________
    Editions Berger-LevraultBerger-Levrault est l’un des plus vieux éditeurs français car ses origines remontent au XVème siècle !Sans aller si loin, il publie des textes d’Henry Jagot, illustre inconnu qui s’essaye au polar historique entre 1928 et 1932. Belles couvertures non signés.

     

    La disparue de la rue Lepic 1932
    Le suicidé de la rue Jacob 1933
    Vidocq (coll. les grandes vies aventureuses) 1928
    Vidocq (Coll. les romans vécus) 1932

    ______________________

    Editions Bordas

    Créée par les deux frères Bordas juste après guerre, cet maison que tous les enfants connaissent pour avoir potassé leurs livres scolaires s’est essayée pour ses débuts à divers publics.

    Tout d’abord la collection « Le roman policier moderne » compte 7 titres en 1945-46 :

     

    Un étrange anniversaire par Robert Petit (1945)
    La mort du peintre par Edmond Alde
    La loi des suicidés par Robert Petit
    L’auberge du cheval borgne par Robert Petit
    Le glacier de Mortcombe par Edmond Alde
    Le mort s’est trompé d’étage par Hélène de Bauclas (1946)
    L’homme de la lande par Lucien Prioly (deux couv. différentes)

    Puis la série des « Romans étrangers » avec des traduction d’auteurs du nord de l’Europe et des couvertures signées Richovsky et Grangé.

     

    Treize contre treize par Mas d’Azeglio (1946)
    Le visiteur inopportun par A.M .Griffin
    L’affaire de la permission du caporal par Christopher Bush
    Sinclair Lewis par Bethel Merriday
    Sybille par Claude Boncompain
    Les plumets rouges par Mogens Klitgaard
    La rue Bahut par Michel Roche-Varger
    L’idiot par Dostoievsky
    L’affaire de la permission du caporal par Christopher Bush

    Deux titres aux formats plus grand déjà présentés sur le blog grâce à leur belles couvertures paraissent en 1947 :

     

    Quinze cadavres par Caroll G.Daly
    L’énigme du mort vivant par Raoul de Warren

    La collection « Le Lynx » suit également en 1947 avec seulement deux titres :

     

    Meurtre dans le Black-out par E.C.R. Lorac
    La comédienne assassinée par Claude Valmont

    Divers ouvrages dont un illustré par Jean-Gabriel Domergue (dit l’inventeur de la pin-up) :

     

    Et pour finir une mini-série de science-fiction par Lucien Prioly et illustrés par Guy Sabran :

     

    Nous étions 7 astronautes 1946
    L’ile des hommes de fer 1948

    ______________________

     

     Editions Brittia

     

    Petit label créé par le sulfureux Henry Caouissin (1913-2003), éditeur, romancier, réalisateur de cinéma et avant tout farouche défenseur du droit à l’autonomie de la Bretagne.
    Parmi nombre d’ouvrages publiés (souvent en breton dans le texte) deux belles couvertures à découvrir :
    Aux feux tournants des phares par Georges Toudouze (1946) – Illust. Pierre Péron
    Souvenirs d’un barde errant par Théodore Botrel (1946)

    ______________________

    … à suivre …

     

  • … Jef est encore là !

    Curiosité que ce « one shot » pour les éditions Denoël en 1956 !
    Le dessinateur est alors un pilier des éditions de l’Arabesque et dessine les couvertures des collections Espionnage, La Vie galante et Parme.

    Etonnant de constater que Jef de Wulf a tenté de travailler aussi pour cette maison d’édition qui proposait à cette époque une collection nommée aussi Arabesque !

    André Guy – L’autre guérison
    Editions Denoël
    192 p. 480 Frs

    Pas si facile à trouver…
  • Editions Armand Fleury

    Situées au 50, rue de Miromesnil à Paris 8°, à deux pas du Palais de l’Elysée, les éditions Armand Fleury proposent en 1951 et 1952 une série de gros volumes superbement illustrés.

    D’abord la collection « La Grande Ourse » avec Max Mériel et Francis Didelot, puis la collection « Le Crépuscule » avec André Héléna.

    Outre les cartes du Tour de France qu’elle publie pendant quelques années (dessinées par Jef de Wulf), cette vieille maison a publié de la bande dessinée en 1946 (les aventures de Dan et Dani – Tip et Top suivent le Tour par Andy Dickson le fils de Jef Dickson, voir mon ouvrage sur Paul Ordner) plus quelques ouvrages scolaires sans grand intérêt.

    Pourquoi donc diable en 1951 leur vient l’idée de produire ces gros ouvrages (entre 400 et 860 pages !) alors que la mode est au petit polar nerveux ? Mystère…

     Certains voient ici la patte de Roger Dermée et la possibilité de se faire financer des ouvrages couteux. La proximité de dessinateurs « maison » comme André Héléna, Brénot, Jacques Leclerc ou Jef de Wulf serait une piste …

    Ce petit catalogue d’éditeur paru en 1952 nous renseigne sur les collections.

    De plus, il existe une petite collection dite « Dominique » qui propose en 1945 des romans sentimentaux. Voici le n°1, en existe-t-il d’autres ?

  • Quand le Punk rejoint le Polar !

    Curiosité dégotée récemment sur un marché, cet album a été édité par Sideline Records en 1999 et tiré à seulement 800 exemplaires numérotés.

    Outre le fait qu’on trouve des titres de vieux groupes kepons lyonnais, ainsi qu’un petit article de Dimi Déro, alors critique de Rock & Folk, la surprise vient en face A d’un beau dessin de Michel Gourdon (avec l’autorisation du Fleuve Noir, quand même …), et en face B d’un dessin venant d’un dos de l’Arabesque signé Jef de Wulf ! ! Merci à l’auteur, un certain Jeff Valéro, cet homme avait du goût !

    La signature est D.C. Wulf, ce qui semble voir dire « Da Capo », soit un retour au début … début de quoi ?? Est-ce une fine allusion au groupe punk Ruts DC ?

    Vraie curiosité, car pas si courant de trouver deux illustrateurs de romans populaires des années soixante en couverture d’une pochette de 33t …

  • Faiblesses de femmes …

    Paru aux éditions de la Pensée Moderne dans la collection « La psychologie amoureuse » en 1953, cet ouvrage assez rare a deux particularités : d’abord la superbe couverture de Jef de Wulf dont on ne dira jamais assez qu’il avait un talent fou pour dessiner la Femme dans toute sa beauté … et de susciter le désir par des positions et des transparences fort étudiées.

    Le sous-titre de l’ouvrage est lui même bien pensé : « Quand
    les
    femmes
    sont-elles
    plus
    faibles
    devant
    les
    hommes?  »

                      Ensuite par son auteur qui, sous le pseudonyme de Georges Brass, a écrit après guerre des romans d’anticipation (B.R. Bruss, cela ne vous dit rien ?), et fait des scénarios pour le cinéma. De son vrai nom René Bonnefoy, il fût condamné à mort en 1946 pour ses activités de collaboration, puis gracié en 1955.

    Il semble que cet ouvrage soit sorti avec la jaquette illustrée par Jef de Wulf, puis peu après une couverture « adaptée » avec des photos, beaucoup plus présentable en vitrine.
    Pour les amateurs de jolies femmes (comme moi), la préférence est évidente …

    Indice 8/10. Pas facile à trouver !

  • Editions Le Trèfle d’Or

    Créée par René Massy (de son vrai nom René Jacob), cette maison (basée au 133, rue de Clignancourt à Paris) se spécialise dès les années soixante dans les publications érotiques, qui deviendront pornographiques une décennie plus tard.

    Sous couvertures diverses et variées ( éditions du Trèfle rouge, Sevivec, CEDP, Baron chef d’oeuvre ou Nagouas), elles ont été largement frappées par la censure et on valu nombres d’interdictions et d’amendes à l’éditeur.

    La collection présentée est l’oeuvre en grande partie de Jean-Noël Berckmann, romancier qui se dirigera lui aussi vers le porno ensuite. Les premières couvertures sont de Jef de Wulf en fin de carrière d’illustrateur, puis de James Hodges, artiste ayant touché dans sa carrière une large palette d’activités à partie de 1950 : cirque, music-hall, théâtre, pantomime, illusion et ballet …
    Voir ici un blog qui retrace ses créations.

    La sexualité à travers le monde Jean-Noël Berckmann 1966 *
    La sexualité américaine – Jean-Noël Berckmann 1966, 1967 et 1968 *
    Les 32 escales de l’amour – Nadine B. 1967
    Les érotiques – Jean-Luc Bernard 1967 *
    Ingrid et le plaisir – Jean-Noël Berckmann 1967 *
    Kama Ciampa – Jean-Noël Berckmann 1967 *
    Le trottoir mène l’enquête – Pierre Nacer et Guy de Bellet 1967 *
    Patricia – Roger Dugeny 1967 *
    Muriel et les hommes – Thérèse –H. Massart 1967 *
    Secrets nocturnes – Jean-Noël Berckmann 1968 *
    L’amour en fleur – Guy de Bellet 1968 *
    Les secrets du réseau d’amour – Guy de Bellet 1968
    Pas de cravache pour Josanne – Thérèse –H. Massart 1968 *
    Mes folles nuits à la Sorbonne – Jean-Noël Berckmann 1969 *
    Tropiques de l’amour – Guy de Bellet 1969
    Amours scandinaves – Paul Berg 1970 *
    La main –Pasquale de Varga 1970 *
    Les impudiques – Paul Berg 1970 *

    * = livres interdits
    (Source : Dictionnaire des livres et journaux interdits de Bernard Joubert).

  • Similitudes /1

    Il est assez courant dans le monde de l’édition populaire de se servir plusieurs fois des mêmes couvertures, pour donner une unité à ses collections ou simplement par souci d’économies.

    On retrouve ainsi des dessins qui servent pour deux éditeurs, comme par exemple ceux utilisés par l’éditeur et soldeur parisien Pinaud dans ses séries (éditions Pont neuf) et quelques années plus tard par l’éditeur belge Roger Clément (éditions Aphrodite ou Capelle) :

    Il y de fortes chances que les dessins n’aient été payés qu’une seule fois, la notion de droit d’auteur au niveau graphique n’étant pas très développée dans les années cinquante …

    Notre ami Jef de Wulf utilise aussi le stratagème pour « refourguer » ses dessins chez d’autres éditeurs quelques années plus tard :

    Cette petite manie se retrouve aussi (plus rarement) chez Patrick Garnot pour sa collection Véronèse … et toujours et encore chez Pinaud !

  • Les astuces d’Eugène Maréchal

    Eugène Maréchal (1908-1987) est un auteur et éditeur belge qui commence sa carrière comme journaliste au Petit Vingtième, revue qui accueille alors les premières aventures de Tintin dès 1929.

    Associé (en partie) à Roger Dermée après guerre, il rachète des stocks de livres invendus et demande alors à Jef de Wulf ou René Brantonne de produire des jaquettes.La règle est simple : utiliser simplement deux couleurs et remettre sur le marché via un réseau de soldeurs les ouvrages ainsi embellis. Les titres ci-dessous sont donc illustrés par René Brantonne entre 1947 et 1952.

     
     Dernier ajout ! Merci Michel !

    Peu après, c’est Jef de Wulf qui s’y colle, en particulier pour les éditions SELF, Le Siècle ou Le Scribe.
    Vous retrouverez une partie de ces couvertures ici.

    … et si vous en avez d’autres, elles trouverons une place naturelle avec celles déjà présentées …

  • Pulps Flamands

    A partir de 1954, la Belgique et les Pays-bas nous ont gratifié de petites collections policières, issues en majorité de traductions d’auteurs anglais ou américains. Ces productions sous forme de petits formats ont la particularité de reprendre souvent des dessins parus en France auparavant.

    En présentation ici, deux séries, Vamp (éditant en grande partie les œuvres de Mickey Spillane) et Faun (celles de Conald Leüger).

    Ainsi au fil des couvertures peut-on reconnaître des illustrations originales tirées de magazines américains, mais aussi de collections bien françaises comme Agents secrets contre X, Les Nymphes ou encore Arabesque Légère (dont les dessins d’Aslan ont été largement réutilisés).

    Même Jef de Wulf n’y échappe pas avec un de ses originaux parus aux éditions Pont neuf repris dans la série Vamp. Une curiosité pas si étonnante que cela quand on connait les passerelles entre certains éditeurs (Grancher, Dermée, Pinaud etc…) et des éditions parues en Flandre.

  • Ralph Anderson

    Publié début 1952, voici un ouvrage pas commun sorti aux Editions de la Pensée Nouvelle et du Faucon Noir (Paris) dans la Collection Le Cormoran (à ma connaissance le seul de cette collection).

    C’est une association d’éditeurs ou on reconnait d’une part Jacques Grancher et d’autre part Roger Dermée. Le livre est écrit aussi par une association d’écrivains. Sous le pseudonyme de Ralph Anderson se cachent en effet Henri Bessière et François Richard. Ils feront les beaux jours de la collection Anticipation du Fleuve Noir sous le nom de Francis Richard-Bessière.


    Ils publièrent aussi ensemble quelques ouvrages parus chez l’éditeur de Givors André Martel.

    La magnifique jaquette est signée Jef de Wulf. Son illustration est librement inspiré (du point de vue stylistique) de celles faites pour Marie des Isles de Robert Gaillard parus chez André Martel en 1948 et dessinées par un certain … René Brantonne.

    Indice 8/10 avec sa jaquette.