• Frank-Peter Belinda

    Frank-Peter Belinda est le pseudonyme choisi par Jacques Pierroux (1928-1981) pour éditer ses romans policiers et d’espionnage.

    Né à Grivegnée (à côté de Liège en Belgique), il travaille comme employé du téléphone
    puis grossiste en beurre avant de devenir représentant en pharmacie. Il passe
    ses moments de loisir à écrire des nouvelles et des romans, d’abord pour les éditions du Faucon Noir, puis pour Jacquier et sa collection La Loupe.
    Son premier ouvrage « C’est à la fin qu’on tue ma belle » sort en 1952, il affirme l’avoir écrit à l’âge de 17 ans.
    Jacques Pierroux vers 1965

    Son héros John Kallum est présenté à partir de fin 1953 dans des « romans d’espionnages dessinés » avec des dessins de Manuel (?) et des couvertures de Yves Martin, illustrateur attitré chez Jacquier.
    Il signe aussi des nouvelles dans différentes revues comme Noir Magazine.
    Enfin, quatre ouvrages sont sortis sous son nom chez Marabout. Il semble qu’il se soit arrêté d’écrire en 1963.
    Vous trouverez une critique amusante (et très juste) de Kallum sur le site de MullerFokker Pulpbot Effect, site à vivement recommander !

    Faucon Noir
    C’est à la fin qu’on tue ma belle 1952
    La pente (sans date certainement 1956)
    Couvertures de Manuel, Yves Mondet et Robert Rocca


    Editions Jacquier, Lyon : Kallum Magazine
    1/ Echec à la
    cocaïne 12/53
    2/ R.30 à la plage 01/54
    3/ Mission en Corée 02/54
    4/ John Kallum contre les furies 03/54

    5/ John Kallum contre les espionnes 04/54
    6/ S.S. Novalda 05/54
    7/ Morts à vendre 06/54
    8/ Un gang à la hauteur 06/54

    9/ John Kallum mène l’enquête 07/54
    10/ Les grands moyens 07/54
    11/ John Kallum et madame la mort 08/54
    12/ ??

    Une histoire de la série l’An 2000 chez Jacquier : 2050… Opération astre solaire.

     Couverture Yves Mondet
    Editions Jacquier, Lyon  : Coll. « La Loupe – Série
    Espionnage »
    1. La mort électrique (4e trim. 1952)
    2. John Kallum joue au privé (1er trim. 1953)
    3. La fureur de John Kallum (1953)
    6. Stop ! Destruction immédiate (1953)
    8. L’affaire de Milano (4e trim. 1953)
    9. Mission derrière le rideau de fer
    10. Dans les brouillards de Londres (1er trim. 1954)
    13. L’école des espionnes (2e trim. 1954)
    15. Dans la nuit de Paris (1954)
    16. Attention, casse-cou (3e trim. 1954)
    19. Le couple à abattre (4e trim. 1954)
    21. Espionnage en Amérique (1er trim. 1955)
    22. Lendemains glorieux (1er trim. 1955)
    23. J’étais une espionne (2e trim. 1955)
    26. John Kallum contre les furies (3e trim. 1955)
    27. Espionnage en Russie (3e trim. 1955)
    28. Quand l’armée s’en mêle (avec Howard Fergusson. 4e trim. 1955)
    31. Votre tout dévoué Johnny (1er trim. 1956)
    34. Les espions descendent sur la ville (2e trim. 1956)
    39. Ça bardera, colonel (4e trim. 1956)
    41. Tant qu’il y aura des truands (1er trim. 1957)
    46. Boîte de nuit pour espions (2e trim. 1957)
    52. Le souffle de la bagarre (1er trim. 1958)
    55. Méfiez-vous des pin-up (signé Frankie Belinda. 1er trim. 1958)
    66. Robot femelle (1er trim. 1959)
    Sous son propre nom chez Marabout :
    69.
    Pilotes pour demain (signé Jacques Pierroux, 1956)
    80. La course à l’uranium (signé Jacques Pierroux,
          en collab. avec G.
    Graindorge, 1956)
    201. Mission en Grèce de Ivan Southall (traduction de Jacques Pierroux et Roland Bosard 1960)
    203. Police spatiale (signé Jacques Pierroux, 1961)
    204. Le scarabée de la route de Ivan Southall (traduction de Jacques Pierroux et Roland Bosard 1961)
    223. Mission en Cyrénaïque de Ivan Southall (traduction de Jacques Pierroux et Roland Bosard 1961)
    304. Copie non conforme de John Jakes (traduction de Jacques Pierroux et Roland Bosard 1962)
    305. *Mer de corail (signé Jacques Pierroux 1962)

    Chez Atlantica :
    *Mer de Corail – Une bataille navale dans les airs (1960)

    Traduction néerlandaise :
    Piloten van morgen – Maraboe Pocket G43, 1962

    * La documentation et les photos utilisées dans ces ouvrages lui ont été fournies par l’Ambassade américaine via la bibliothèque du Congrès et l’Amiral Fletcher !

    Et n’oublions pas ce titre paru sous le nom de Walter Kramer en 1955 à la Pensée Moderne (Coll. Tropiques) :

    Belle couverture de Jef de Wulf
    Enfin, Notons des travaux pour la télévision (scénario  « Dans le Pétrin !  » RTF/ Les 5 dernières minutes) en 1959 , des chroniques et billets dans la presse (L’Avenir du Tournaisis et La gazette de Monaco), et des adaptations et traductions de la série allemande Jerry Cotton pour les éditions Marabout entre 1962 et 1966.
    Merci à Pierre-Ivan Pierroux, fils de l’auteur, pour son aide précieuse et précise.