• Hank Janson

    On a déjà comparé le phénomène Hank Janson en Grande Bretagne à ce qui s’est passé avec San-Antonio dans l’hexagone. Mais à y regarder de plus prêt, certains points sont troublants …

    Créé en 1946 par l’anglais Stephen Daniel Frances (1917-1989), ce journaliste américain du nom de Hank Janson nous fait vivre des aventures policières à travers dans histoires de gangster situées aux Etats-Unis. Frances fût élevé en partie par sa grand-mère (comme Frédéric Dard) quand son père décède durant la première guerre mondiale.

    Livres distribués par Gaywood Press, Londres

    Très tôt, il publie un fanzine puis très vite se lance dans l’édition et l’écriture de polars. Son histoire passe un jour par un éditeur qui lui demande très vite un manuscrit. Il réponds qu’il lui faut choisir parmi ceux qu’il a déjà écrit. Mais c’est un mensonge : il passe le week-end à dicter à sa secrétaire le texte qui fera un très bon premier succès. Dard usa du même stratagème avec « Les salauds vont en enfer », écrit à la va-vite pour satisfaire un directeur de théâtre… et avec le succès que l’on sait.

    Stephen D. Frances va habiter en Espagne sur la Costa Brava pour écrire ses romans, plus de 200 en tout à une forte cadence. Frédéric Dard, certes plus tard, habitera régulièrement Marbella pour écrire.
    Il écrira sous les pseudonymes de Tex Ryland (pour du western), Ace Capelli, Max Clinten, Dabve Steel, Duke Clinton … certes moins que ceux utilisés par Dard !

     
    Créées par Reginald Cyril Webb (1902-1957), qui signe Reginal Heade, les
    magnifiques pin-up des couvertures sont le reflet anglais de la vague venue des
    Etats-Unis qui déferle sur l’Europe après-guerre.

    Là où cet écrivain anglais eût des problèmes, c’est avec la « censure » anglaise qui va très tôt embêter – que dis-je  ? – emmerder l’auteur et ses éditeurs pour les couvertures plutôt sexy de ses ouvrages.
    Dès 1950, les ouvrages sont régulièrement saisis et détruits. Et deux de ses éditeurs vont même jusqu’à faire 6 mois de prison ! On ne plaisante plus chez les protestants … Frances arrive a échapper à l’arrestation mais le couperet passe très prêt de sa tête lors de son procès en 1954.

    Ouvrages parus chez Alexander Moring Ldt

    Heade réalise des dizaines de superbes couvertures, dont une petite partie est représentée ici. Tel Michel Gourdon, il fait une partie de la réussite de l’auteur ainsi de la fortune des éditeurs. En 1958, il se vendait environ 4000 exemplaires par jour. Etrangement, comme pour Frédéric Dard et Michel Gourdon, Frances n’a jamais rencontré Heade !

    Pour finir, sachez que quelques textes de Frances ont été distribués en France sous le nom de Hank Janson aux éditions du Condor et au Fleuve Noir dans la série l’Aventurier. Sans grand succès apparemment…

    Et comme l’histoire est belle, deux ouvrages de Frédéric Dard sont parus à cette époque en catimini en Grande-Bretagne. Sans plus de succès !

    San-Antonio et Frédéric Dard sortis chez Harborough Publishing Company

    Retrouvez l’histoire complète de Hank Janson avec le magnifique travail détaillé de Tonton Pierre sur Lit-Pop‘ ainsi que dans le remarquable article de Dominique Jeannerod paru dans Le Monde de San-Antonio n°68 au printemps 2014.

    Les livres de Hank Janson ont été réédités récemment par Telos en Grande Bretagne.