• Editions Edmond Charlot

    Quand on évoque Charlot, on pense tout de suite à Charlie Chaplin, mais Edmond Charlot (1915-2004) est tout sauf un rigolo.
    Originaire d’Alger où il fait des études de philosophie, il ouvre en 1936 une petite librairie en publiant Giono. Son activité de libraire et d’éditeur perdure pendant la guerre, et après avoir publié Camus, Moravia, Kessel et d’autres du même acabit, s’installe à Paris en 1945.

     Edmond Charlot vers 1940

    Les ouvrages magnifiquement illustrés par René Brantonne et parus aux éditions Charlot semblent ne pas être parus à l’origine avec des jaquettes. Edmond Charlot est en effet retourné en Algérie en 1950 après des difficultés financières. Ma théorie est donc que ces livres, invendus, ont été racheté à vil prix après le départ de Charlot afin de les embellir et de les remettre dans les étals avec de belles jaquettes illustrées.

    Cette technique a déjà été décrite sur ce blog avec les éditions Le Scribe et Le Siècle (couvertures de Jef de Wulf) ou les éditions Self (couvertures de René Brantonne). Alors, est-ce encore une astuce de marketing d’Eugène Maréchal ou du sieur Dermée afin d’écouler des livres ? Sans doute au vu des faibles tirages d’époque qui font que ces livres demeurent fort rares de nos jours.

    Je suis preneur de tous les visuels qui pourraient manquer à cette liste.

    Claude de Fréminville : Bunoz
    Hélène Vines : Créature d’un jour
    Enid Bagnold : L’heureuse étrangère
    Georges Emmanuel Clancier : Quadrille sur la tour
    Marie-Louise Amrouche : Jacinthe noire
    Pascal Vitali : Les mains pleines
    Elisabeth-Noëlle Le Coutour : Joséphine
    Yves Touraine : L’été sur la grange haute
    Philippe Soupault : Le grand homme
    Emmanuel Robles : Les hauteurs de la ville (existe avec une couv. signée Hatim Elmekki)
    Peter de Mendlessohn : Les heures et les siècles …
    Manuel Galves : Mercredi Saint
    Nicolas Leskov : Le pélerin enchanté
    Jean Queyrat : Soit dit en passant
    Jean Guec : Soleil et sang
    Jeanne Terracini : Un enfant est mort
    Albert Cossery : La maison de la mort certaine
    Andrée de Lalène Laprade : Une jeune fille neuve

    Michel Segoya : Des jours qui comptent (Paru chez Prose et romans d’aujourd’hui)

    A trouver :
    André de Richaud : Le mal de la terre 1947
    Georges Emmanuel Clancier : La Couronne de vie 1946

    Indice : 8/10
    Merci à Michel Dubois pour son aide !