• Collection PJ Police

    Publiée à partir de fin 1958 par la S.E.P.,  petite maison située à Toulouse, la collection PJ Police est une traduction de la collection italienne « I Gialli Polizieschi Americana « , qu’on peut traduire par « Les policiers américains jaunes ».

    Pourquoi jaunes ? A cause de leur carte professionnelle ? De leur langue chargée ?? Mystère…

    Une chose est certaine : les auteurs de ces nouvelles policières sont tous italiens, et en particulier les deux fondateurs des éditions Spada qui les publièrent en Italie, Mario Casacci et Alberto Ciambricco.

    1. Roy R.
    Campbell : « Taxi pour la morgue »  (« Veneri che bruciano » août 1958)

    2. Willie Wilkinson : « La dernière carte »  (« L’ultima carta è una bara » juin 1959)

    3. Bill Coleman : « Pitié pour le gangster »  (« Pietà per il gangster » novembre 1957)

    4. Rex Sheridan : « Le prix du silence »  (« Il prezzo del silenzio » juillet 1958)

    5. Bill Coleman : « Rafales de mort »  (« Raffiche di morte » juin 1961)

    6. Willie Wilkinson : « Un cadavre dans mes bras »  (« Un cadavere fra le mie braccia » mai 1961)

    7. Mario Kasak : « Du sang sur le bitume »  (« Asfalto rosso » octobre 1956)

    8. Roy R. Campbell : « Rendez-vous avec le bourreau »  (« Appuntamento col carnefice » juin 1959)

    9. Anthony Struan : « Quatre absurdes suaires »  (« Quattro assurdi sudari » décembre 1961)

    10. Willie Wilkinson : « Victimes et bourreaux »  (« Vittime e carnefici » novembre 1961)

    11. A.F. Gherel : « Crime en noir et blanc »  (« Crimine in bianco e nero » octobre 1961)

    12. Brett Hardy : « Nous les assassins »  (« Noi, gli assassini » janvier 1962)

    13. Billy Lawrence : « C’est la faute d’un clou »  (« Quandi si dice il caso… » juin 1962)

    14. Edward Green : « Chasse au gang »  (« Caccia alla gang » février 1962)

    Annoncés, non parus :

    15. Richard Walker : « Ça commença un dimanche »  (« …comincio di Domenica » avril 1962)

    16. Richard Walker : « La mort à la porte 6 »  (« Morte all’interno 6 » septembre 1962)