• Carot coupe-tête

    Série en 25 volumes écrite par Maurice Landay (1873-1931) écrivain habitant la région parisienne à Saint-Maur des Fossés. Parue chez Arhème Fayard entre 1911 et 1913, les ouvrages sont remarquablement illustrés en couverture par Gino Starace.

    Carot d’Estrange a été le président du tribunal révolutionnaire de Strasbourg et à ce titre a reçu le surnom de « coupe-tête » pour avoir fait décapiter quelques rebelles à la cause… Fidèle parmi les fidèles de Napoléon, on suit ses aventures à travers l’Europe et sa lutte avec le Vicomte d’Eblis pour conquérir la belle Olympe de Maurevilliers.

     La série de 25 volumes

    Il faut beaucoup de patience et une certaine passion de l’Histoire de France pour lire les 9506 pages de cette saga, soit une moyenne de 380 pages par livre ! Les typographes de l’époque n’avaient qu’à bien se tenir …

    Maurice Landay a beaucoup écrit, à la fin de sa vie il travaille même avec André de Lorde afin d’adapter des romans pour le théâtre du Grand-Guignol. Une seule référence à ne pas manquer si vous souhaitez aller plus loin : Rocambole n°27 : Napoléon et le roman populaire – Juillet 2004.

    Indice 7/10.

    1 Carot coupe-tête (1911)
    2 Le chevalier bel-amour
    3 La comtesse noire
    4 Mam’zelle mitraille
    5 L’orgie rouge (1912)
    6 La poupée de cire
    7 La main sanglante
    8 Le grenadier 414
    9 Le lord au masque vert
    10 L’ouragan de fer
    11 L’anneau d’or
    12 Le mystère du donjon rouge
    13 Bataille de femmes
    14 Le gant déchiré
    15 Une mort mystérieuse
    16 L’homme écarlate
    17 Le fils du cardinal (1913)
    18 Calvaire d’impératrice
    19 Le bouffon de l’empereur
    20 L’agonie de l’aigle
    21 La marche triomphale
    22 Sublime amour
    23 Les amants de belle-alliance
    24 Le rocher maudit
    25 La justice de dieu