• Editions Armand Fleury

    Situées au 50, rue de Miromesnil à Paris 8°, à deux pas du Palais de l’Elysée, les éditions Armand Fleury proposent en 1951 et 1952 une série de gros volumes superbement illustrés.

    D’abord la collection « La Grande Ourse » avec Max Mériel et Francis Didelot, puis la collection « Le Crépuscule » avec André Héléna.

    Outre les cartes du Tour de France qu’elle publie pendant quelques années (dessinées par Jef de Wulf), cette vieille maison a publié de la bande dessinée en 1946 (les aventures de Dan et Dani – Tip et Top suivent le Tour par Andy Dickson le fils de Jef Dickson, voir mon ouvrage sur Paul Ordner) plus quelques ouvrages scolaires sans grand intérêt.

    Pourquoi donc diable en 1951 leur vient l’idée de produire ces gros ouvrages (entre 400 et 860 pages !) alors que la mode est au petit polar nerveux ? Mystère…

     Certains voient ici la patte de Roger Dermée et la possibilité de se faire financer des ouvrages couteux. La proximité de dessinateurs « maison » comme André Héléna, Brénot, Jacques Leclerc ou Jef de Wulf serait une piste …

    Ce petit catalogue d’éditeur paru en 1952 nous renseigne sur les collections.

    De plus, il existe une petite collection dite « Dominique » qui propose en 1945 des romans sentimentaux. Voici le n°1, en existe-t-il d’autres ?

  • Robert Tachet

    Personnage mystérieux de la littérature d’après-guerre, il semble que Robert Tachet ait fréquenté la bande à Roger Dermée car on le retrouve dans des collections de la nébuleuse comme Le Gars Blankie en 1952-53 (éditions du Condor), les Grands Romans Noirs en 52 (Le Trotteur), la collection des Grands Romans Dessinés en 53-55 (Presses Mondiales) et encore La Grenade (SEPFE).

    D’aucuns pensent que ce nom a servi aussi pour certains livres d’André Héléna, relus et corrigés par Tachet lui même… Mystère.

    On sait aussi qu’il utilise des pseudonymes comme Tony Caddona en 1954 (Presses Mondiales – Romans d’atmosphères) avant que ses titres ne soit réutilisés dans les multiples rééditions d’André Guerber sous les noms de Burt Lemming, R. Morgan ou P. Zanzibar …

    L’ange est venu trop tard a été fini d’écrire en novembre 1945 à Marseille et raconte le difficile retour à la vie civile d’Enrico Battini après la guerre en Somalie et en Espagne. Il est signé d’un autre pseudo de Tachet, Pierino Baldini. Edité sous le label Presses Mondiales et imprimé sur les presses des éditions le Trotteur en Juin1953.

    La couverture est remarquablement dessinée par Edmundo Marculeta .

    Indice 5/10.

  • Collection Le Moulin Noir

    Publiée aux éditions de l’Etoile (n°1) puis du Champ de Mars, la collection du Moulin Noir n’est qu’une des multiples séries sorties par ce diable d’André Guerber à la fin des années cinquante.

    La collection mélange allègrement policier, espionnage, suspense et épouvante et se poursuivra par la série Service Secret chez Baudelaire, à moins que ce ne soit qu’une continuité de la collection Cristal au même Champ de Mars … alors que certains titres viennent directement de la collection Le Loup de chez Thill …

    Bref de la resucée de la copie de la redite, les textes tronqués se retrouvent avec des auteurs différents, une constante chez cet éditeur. On y retrouve même de vieux pseudos d’André Héléna sortis tout droit de la manche de Dermée… 36 titres au total.

    Les couvrantes seraient de Pablo Ramirez, dessinateur des éditions espagnoles « Molino » d’où la collection a été copiée en partie (voir l’article très renseigné de Tonton Pierre avec les couvertures originales).

    Le Moulin Noir

    1 – Aller simple pour Moscou / Ellen EDISSON / Espionnage (1959)
    2 – Je suis un tueur / Josef KOSTER / Suspense
    3 – Captive S 23 / Peter CARSON / Espionnage
    4 – Panique sur la Drogue / Patricia MARNIER / Police
    5 – Poker avec la mort / M. SPOLANE / Suspense
    6 – Document secret / Tom BRADLEY / Espionnage
    7 – L’assassin anonyme / J. SCOTLAND / Police
    8 – Bagarres à Tripoli / Dominique TAVEN / Espionnage
    9 – Crime à tout acheteur / Michel LECLERC / Police
    10 – Zone dangereuse / Patrick LELONG / Espionnage (1960)
    11 – Rendez-vous avec la mort / Chester MORISS / Suspense
    12 – Du sang sur la lune / Dominique TAVEN / Espionnage
    13 – L’étranglée du 114 / Georges MÉRA / Police
    14 – Règlement de compte / Audy KNIGHT / Espionnage
    15 – Menaces sur Manhattan / Ergé HEMM / Espionnage
    16 – Ni tombes ni croix / Georges MÉRA / Espionnage
    17 – Carte blanche pour un massacre / Jack LAURENS / Espionnage
    18 – La rouquine flamboyante / Georges MÉRA / Espionnage
    19 – Meurtre en mer / Dominique TAVEN / Espionnage
    20 – Suspense avec la mort / Thomas WALSH / Suspense
    21 – Le monstrueux professeur Lynk / Georges MÉRA / Police
    22 – Police mobile contre X !!! / Georges MÉRA / Police
    23 – Symphonie en 6,35 / Adam KNIGHT (1961)
    24 – M. 36 contre Panthère noire / Peter CARSON / Espionnage
    25 – Sensation à Mexico / Darius CHATAM / Espionnage
    26 – Crime en haute mer / David HAMILTON / Police
    27 – Cinq cadavres et une donzelle / Darius CHATAM / Espionnage
    28 – Que le diable l’emporte ! / Ergé HEMM / Police
    29 – Meurtres à l’ONU / Cyril BEATON
    30 – Requiem pour une blonde / Kelley WALTER / Police
    31 – Les quatre nuits de Dolorès / Pedro ALVAREZ / Police
    32 – Laszlo Szolnok – Les chaînes de la liberté / Espionnage
    33 – Georges Méra – Jeux de morts
    34 – André Héléna – Le baiser à la veuve
    35 – Ne compte pas sur le sursis / Budy WESSON (1962)
    36 – Passeport pour l’au-delà / André HÉLÉNA

  • Jack Spencer Trehall

    Unique ouvrage paru dans une collection morte-née chez l’éditeur parisien C.P.E. (Compagnie Parisienne d’Edition dirigée par Pierre Pic), cet ouvrage « traduit de l’argot américain « – tu parles !! – raconte les aventures de Sullivan Blackmeister, gangster américain et agent secret.


    « Un rythme endiablé, un argot brutal, ironique, cruel, et des filles ravissantes et sensuelles … »

    La période de sortie (avril 1949), l’éditeur parisien du 10° arrondissement, le sujet de l’ouvrage (histoire de truands) et le lieu des aventures (Pigalle, Montparnasse et la Goutte d’or), autant de raisons pour voir derrière ce pseudonyme la présence d’André Héléna.

    Indice 7/10.

  • Mauren Sullivan

    Paru aux Editions de la Dernière Chance (Roger Dermée) début 1951 et adapté de l’américain (tu parles !), ce roman policier noir est une création d’André Héléna sous pseudonyme, n° 4 de la série « Le roman noir féminin » (tu parles – bis !).

    On reconnait là (… à peine) une variante du nom de Maureen O’Sullivan, actrice américaine (1911-1998) qui eût une longue carrière commencée en 1932 dans un Tarzan (avec Johnny Weissmuller) et terminée en 1998 dans un film de Francis Ford Coppola … !


    Le livre sortit avec un bandeau dont l’intitulé est « adapté par André Héléna », ce qui rétablit un semblant de vérité quand à l’auteur du texte. Couverture illustrée par René Calviera.

    André Héléna en pleine enquête pour résoudre un accident déguisé en meurtre …

    Indice 7/10.

  • Editions Le Condor – suite et fin …

    Après avoir vu sur le blog quelques collections de cette maison d’édition, comme La môme Double-Shot, la collection Miss One-Shot et le jaguar, ou la collection Votre roman noir, Madame,voici toujours sous la direction de Roger Dermée un complément de catalogue :

    Pour commencer, une courte série de deux ouvrages écrits par Terry Stewart (Serge Arcouët) magnifiquement illustrés par René Brantonne, dans une collection sans nom :


    Puis la série Le Gars Blankie, neuf romans parus entre 1952 et 1953 sous le nom de Robert Tachet, dont on sait à peu près avec certitude que quatre sont d’André Héléna. Alors de qui sont les autres ?
    Suit la série Police, seulement cinq ouvrages parus en 1953 et 1954. Et enfin la collection Fanfan la douleur écrite aussi par Héléna, dont les deux derniers sortis en 1956 sont introuvables, appel aux chanceux qui ont un visuel à me proposer !

    Les illustrations sont de Salva et Nik, comme d’habitude à cette époque chez Dermée.

    Indice : 4/10.

    Sans nom de série :

    1 De l’or sur nos carcasses ! – Terry Stewart (Serge Arcouet) 1952
    2 Une fille pourrie ! – Terry Stewart (Serge Arcouet)

    Série Le Gars Blankie :

    1 Fallait bien que ça commence ! – Robert Tachet 1952
    2 Et ça continue – Robert Tachet 1953
    3 Bons baisers … à bientôt (tu parles !) – Robert Tachet
    4 Alors pommadé, tu jactes ? – Robert Tachet
    5 Des clous ! – Robert Tachet (André Héléna)
    6 Tueurs et Cie – Robert Tachet (André Héléna)
    7 La môme est emballée – Robert Tachet (André Héléna)
    8 Faut casquer ma mignonne ! – Robert Tachet (André Héléna)
    Spécial Le Père Noël a les grenades – Robert Tachet

    Série Police :

    1 Meurtre à Tanger – Marcel-Yves Toulzet (Sylvia Lang) 1953
    2 Fumée de mort – Mick Sandford
    3 Trop de suspects – Paul Daunay
    4 La baie des morts étranges – Claude Ferny (Pierre Marchand)
    Spécial Meurtre gratuit – Morris Lane 1954

    Série Fanfan la douleur :

    1 Fanfan la douleur – André Héléna 1953
    2 Roule pas ta mécanique – André Héléna
    3 Chahute pas, duchesse – André Héléna 1956 (aucune preuve d’existence de cet ouvrage !)
    4 Qui paye la der … ? – André Héléna (aucune preuve d’existence de cet ouvrage !)

  • Référentiels


    Nombre d’entre vous me contactent afin d’avoir des référentiels pour parfaire leurs connaissances sur le roman policier. Ce petit topic est donc spécialement pour eux, curieux ou collectionneurs, qui s’intéressent à ce sujet.

    1 – Le roman criminel de S. Benvenutti, G. Rizzoni et M. Lebrun. Un classique de la connaissance très bien documenté et encore trouvable. Editeur : L’Atalante 1982.

    2 – Trésors du roman policier de Jacques Bisciglia. Par un bouquiniste qui a listé nombre de collections policières, un document formant une bonne base à toute collectionnite aiguë. Editions de l’Amateur, 1984.

    3 – Guide du polar de M. Lebrun et J.-P. Schweighaeuser, Editions Syros 1987. Un autre classique limité au policier français avec de pertinentes bibliographies et filmographies.

    4 – Catalogue San-Antonio de J.-P. Bouquin (le bien-nommé), un aperçu exhaustif de tous les San-Antonio parus en Français dans toutes leurs versions, un travail titanesque, à commander chez les Amis de San-Antonio. Parution 2009.

    5 – André Héléna : Les secrets d’un auteur de roman noir par Christophe Bier, bibliographie commentée par Frank Evrard, un must pour tous les amoureux de cet auteur. Chez Bier-Press, 2000.

    6 – Catalogue Frédéric dard / San-Antonio des versions étrangères par Ph. Aurousseau, plus de 700 éditions retrouvées dans 35 pays, une curiosité à découvrir, à commander chez les Amis de San-Antonio. Parution 2010.

    Bien sûr d’autres livres de vulgarisation existent et cette courte liste n’a rien d’exhaustive.

  • Le festival des macchabées

    Ce livre d’André Héléna paru en novembre 1951 aux Editions Armand Fleury (collection Le Crépuscule) a plusieurs qualités :

    – Une histoire se passant entre Narbonne et Lyon en 1943 qui reste bien noire et dans le ton de l’esprit libertaire comme toutes celles de l’auteur d’ailleurs. Héléna nous montre la Résistance telle qu’elle était, c’est-à-dire constituée par de braves gens, des héros et des hommes de cœur, mais que coudoyaient des aventuriers, des agents doubles et des tueurs de profession. Toute l’horreur, l’ignominie et l’absurdité de la guerre quoi …

    Ce roman est la suite du livre « Les salauds ont la vie dure » paru chez World-Press en 1949.

    – Une couverture sublime signée Jef de Wulf, peut être l’une des plus belles (talons, cigarette, posture, bas, … un must !) ainsi qu’un titre qu’on ne peux oublier facilement.

    – Une maison d’édition reprise par l’inévitable Roger Dermée n’ayant produit que quelques titres ou même des cartes (dont certains sont sur le blog, ici ou ).

    – Et enfin la rareté de l’ouvrage – pas de tirage connu mais pas facile à trouver avec sa jaquette (480 pages, excusez du peu !).

    Quatrième de couverture :

     » C’était une grande fille brune, vêtue d’un manteau rouge qui s’ouvrait sur un fourreau noir qui la moulait magnifiquement …
    Elle se planta devant nous, les mains aux hanches, cambrée comme un coq de combat :
    – Alors mes salauds, vous revoilà ? … « 

    Livre réédité en 2001 chez E-Dite Noir, mais bourré de fautes et de coquilles, je vous aurait prévenu !

    Indice de l’édition originale (avec sa magnifique jaquette) : 8/10.

  • André Héléna chez World Press

    Aux Editions World Press – 19, Rue d’Hauteville (Paris), trois des premiers ouvrages (à part les six oeuvres de jeunesse parues à Narbonne) d’André Héléna dans la collection « Les nuits noires » :

    Les flics ont toujours raison – Mars 1949
    Le bon dieu s’en fout – Avril 1949
    Me parlez pas des filles – Octobre 1949

    Suivra chez ce même éditeur « Les salauds ont la vie dure » en Décembre 1949 (voir ici). Parallèlement sortira aux Editions Franco-Belges « J’aurais la peau de Salvador » en 1949 (voir ici). Le premier titre fût réédité aux Editions de la Dernière Chance en 1952 (voir ici).

    Ces trois maisons d’édition étaient sous la coupe de Roger Dermée (1915-1994), éditeur Belge qui avait la particularité après-guerre de payer ses auteurs au chapitre. Arrivé à Paris à la même période qu’Armand de Caro (qui fonda le Fleuve Noir avec le succès que l’on sait), Dermée met sur pied un réseau de distribution à travers la France qui diffusera les éditeurs comme André Martel, Fournier-Valdès, Raoul Solar … Il s’en servira pour écouler les ouvrages de ses propres maisons d’éditions et elles furent multiples : World-Press, Franco-Belges, Dernière Chance, Le Fétiche, Le Condor, Le Trotteur, …

    La loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse mettra fin à ce far-west éditorial à partir de 1953.

    A ne pas confondre avec la World-Presse qui à cette époque abritait de jeunes dessinateurs (Uderzo, Sempé) et scénaristes (Goscinny) qui auraient bientôt une grande carrière dans l’édition Française …

  • Société Nouvelle des Editions Valmont

    Créee en 1958 à Paris, la S.N.E.V. fît paraître quelques courtes séries d’ouvrages mais qui méritent d’être présentées ici pour leurs superbes couvertures signées en grande partie par Aslan et Jacques Thibésart, mais aussi Brantonne et Jef de Wulf.

    On peut voir ici la série du « Tour du monde en 80 romans » chère à Maurice Dekobra, la série reprise de chez André Martel du « Commandant René » revue et corrigée, ainsi que certains titres d’une série pseudo-érotique où on retrouvera un titre d’André Héléna.

    Cette maison d’édition changera de nom en 1960 pour devenir « Le Livre Artistique » et publiera une quinzaine de livres illustrés aussi par Aslan.

    Indice 6/10.