• Petites maisons : A comme…

    A la Pyramide

    Editeur situé en zone libre à Limoges (9, rue des filles Notre-Dame) qui propose de petits romans policiers entre 1941 et 1943.

     

    L’auberge tragique par Luc Gervais (1941)
    Le foulard de soir verte par Georges Avryl (1942)
    Le crime de Monsieur Pan par Roger Brailles (un roman + 4 nouvelles en 1943)
    La borne 50 par Charles Christian (1945)

    ______________________
    Altasia
    Petite maison basée à Colmar qui publie en même temps cinq ouvrages de Herbert Léger sous les pseudonymes de John Curtiss en France et Salvatore Trafalgar en Allemagne. Les cinq volumes racontent l’histoire d’un détective muet.
    Heureusement qu’il sait écrire… une curiosité !

     

    Le deuxième testament (Das doppelte testament 1955)
    Pardon, je m’appelle Chicago (Verzeihung, mein Name ist Chicago)
    Monsieur Absalon et ses chats (Die Katzen des Herrn Ypsilon)
    Crime sur un roman (Tod in der linken Hand)
    L’assassin des Hautes-Roches (Der Mörder wohnt im Schloβ 1957)

    Il semble que ce éditeur n’a rien à voir avec Altasia qui propose à partir de 1937 des histoires pour la jeunesse sur l’aventure, la nature et le scoutisme.

    ______________________
    Anquetil (Editions Georges)

     

    Louis-Georges Anquetil (1888-1945) est un touche-à-tout qui fût avocat, journaliste, directeur de journaux, romancier, éditeur, homme politique … bref un personnage atypique condamné plusieurs fois pour injures, voies de fait, agressions et diffamations.

    Vers 1923, il crée sa propre maison où parait son plus grand succès : Satan conduit le bal « roman roman pamphlétaire et philosophique des mœurs du temps » qui s’écoule en grand nombre. Il récidive en 1939 avec Hitler conduit le bal, où il dénonce clairement le nazisme ce qui lui vaudra d’être déporté à Buchenwald où il finira ses jours en 1945.
    Le livre sera réédité après sa mort par l’Agence Parisienne de Distribution en 1952 (8, rue du croissant Paris 2°).

    Satan conduit le bal, 1925
    Magnifique couverture de Pierre Leven (1891-1978)

    A partir des éditions Georges Anquetil (39, Bd. Berthier Paris 17°) ou de son autre label Paris-Edition (22, rue de la Grange aux belles Paris 10°), il laisse quelques douzaines d’ouvrages entre 1925 et 1930 dont des romans policiers :

     

     

    L’armée du crime par par Marcel Nadaud et André Fage
    Les morts mystérieuses par Marcel Nadaud et Maurice Pelletier
    Vertigo par Georges Anquetil (couverture hallucinante de Charles Blanc).

    .. quelques textes érotiques :

     

    La maitresse illégitime par Georges Anquetil (1923)
    Kama Sutra (1924)
    L’art d’aimer (couv. Pierre Leven)

    …et des romans de moeurs illustrés par Jean Saunier :

     

    Amour sauve-moi ! par Jean Petithuguenin
    Cheval de guerre par Ernst Johannsen
    Les forçats de la neige par Marcel Nadaud et André Fage
    Sous le masque de la vertu… de la débauche mondiale par Jules Violet

    « Cheval de guerre » de l’allemand Ernst Johannsen est pratiquement l’histoire adaptée par Steven Spielberg en 2011 au cinéma, bien que l’idée de départ soit crédité à l’anglais Michael Morpurgo.

    Voir également la vie de Willy en 1927.

    ______________________

    Artima

    Les ARTIsans en IMAgerie basés à Tourcoing dans le nord produisent à compter de 1943 des centaines de fascicules de bande dessinée. Leur immense production est complétée par de petits formats et deux courtes séries, Angoisse et Cupidon.

    Série Angoisse – Alain Barrois,  le roi des détectives (avec 4 histoires seulement en 1945, couv. Henri Dimpré) :

    Série Angoisse

    Torpille MX 33 (André Valmont)
    La bande noire (André Valmont)
    La griffe de tigre (Luc Valmont)
    Le chanoine rouge (Luc Valmont)
    Question : Frères, parents ou changement de nom ?

     

    Série Cupidon  (aussi 4 histoires illustrées par Maurice Cladé) :
    Série Cupidon
    Quand l’amour triomphe par René Lucron
    Un bel amour par Lucien Vernet
    Toi seule que j’aime par Pierre Laurent
    Vengeance mexicaine par Richard Texier
    ______________________

    … à suivre …