• L’Affaire Lerouge

    Considérée comme le chef d’oeuvre du romancier Emile Gaboriau (1832-1873), l’Affaire Lerouge est inspirée d’un crime commis en 1865 à Bougival (Seine-et-Oise à l’époque). L’édition originale parait chez Dentu en 1866.

    Il est proposé aux Editions Arthème Fayard dans la grande série du Livre Populaire n°53 en septembre 1909, avec une superbe couverture de Gino Starace :

     Réédition aux éditions Jean Froissard en 1946, avec une jaquette de René Brantonne.

    Résumé et critique trouvé chez Babelio :
    « Une femme d’une cinquantaine d’années, la veuve Lerouge, est retrouvée sauvagement assassinée dans sa maison. Tous les indices conduisent à un jeune homme de bonne famille : les preuves matérielles sont accablantes. L’assassin paraît tout désigné et l’affaire bouclée, quand le doute s’immisce dans l’esprit de l’un des enquêteurs, le père Tabaret. Certains faits le poussent à envisager le meurtre sous un autre angle, et ses découvertes réserveront bien des surprises aux lecteurs.


    Inspirée d’une affaire criminelle qui défraya la chronique, L’Affaire Lerouge est le premier roman « judiciaire » français. Son auteur, Émile Gaboriau, élabore une intrigue policière à la construction astucieuse, doublée d’une histoire amoureuse. Arthur Conan Doyle, autre père du roman policier, était un grand lecteur et admirateur de Gaboriau. Il reconnaîtra d’ailleurs volontiers l’influence de Tabaret et de Lecoq sur la création de son héros mythique« .

    Il existe aussi un tirage la même année avec une couverture différente, plus rare :


    Et toujours la même année, sort encore le même texte aux Editions Cosmopolis – série Bibliothèque Universelle, avec des illustrations de Bob Meyer :

    Sans oublier la sortie aux Editions Arthème Fayard en 1948 :

    etc (…) plus quelques dizaines d’autres !